RESSENTIR LA PEUR… OU LE CONFINEMENT DE L’ESPRIT!

 

peur-coronavirus

 

La peur, fait partie de nos vies d’une façon ou d’une autre. Et cela s’applique à chacun d’entre nous, peut importe ta couleur de peau, ton origine social, ta nationalité, ta religion ou tes croyances. Elle ne fait pas de détail, elle n’épargne personne, qui que tu sois… ou que tu vives…

 

Mais en aucun cas, elle ne doit nous empêcher de “croquer la vie à pleine dents” et d’en faire la pleine expérience.

 

Nous sommes capables d’aller au-delà de nos peurs en nous faisant confiance, en puisant au plus profond de nos tripes et en persévérant.

 

Mais au fait, dis-moi de quoi as-tu peur? : de parler en public, de tomber malade (victime du Coronavirus), de changer de travail, de prendre des décisions, de perdre un être cher, de mettre fin à une relation (pourtant toxique!), d’être seul, de vieillir, de la mort?

 

Il y a des milliers de raisons d’avoir peur et chacun à les siennes. Peut importe, elles ne sont ni bonnes ni mauvaises, c’est un mécanisme essentiel à notre survie.

 

Néanmoins, dans notre société, la peur est devenue plus contagieuse qu’une épidémie! Elle touche quasiment tout le monde. On a peur de tout, peur de mourir qui entraine une peur de vivre, peur de l’échec qui entraine une peur de la réussite, peur de l’immobilisme qui entraine une peur du changement, etc.

 

Peu importe la nature de notre peur, je suis convaincue qu’il existe des solutions pour face à n’importe quelle situation.

 

Paralysie, dépression, ça te dit quelque chose? Ce sont souvent des révélateurs d’une peur qui nous consume.

 

Bien souvent la peur trouve son origine dans notre éducation et dans l”’environnement dans lequel nous avons grandit et nous nous sommes construit. Il s’agit donc de faire table rase du passé et de réapprendre à nouveau.

 

Et si nous prenions la peur pour ce qu’elle est, juste une émotion qui nous fait prendre conscience d’un danger et non comme une porte qui se ferme et nous confine dans une soi-disante zone de confort qui, au final nous étouffe.

 

Mais est-ce que parler en public, changer de travail, prendre des décisions sont-ils réellement des dangers? Au point de ne pas vivre la vie?

 

Fais moi confiance, je connais bien cette petite voix qui te susurre à l’oreille, “C’EST PAS FAIT POUR TOI. DE QUEL DROIT TU PENSES POUVOIR DONNER DES CONSEILS AUX AUTRES. ET SI TU ÉCHOUES, QU’EST-CE QUE LES AUTRES VOUS PENSEZ? NE SORS PAS DE TA ZONE CONFORT, TU ES BIEN LA! Tu vois ce que je veux dire, cette voix qui est là pour te rappeler “ATTENTION! SI TU… ET SI TU… ALORS… ET SI… ET SI… ET SI…”

 

Vivre, c’est prendre sa chance et accepter de faire des erreurs. Parce qu’un beau jour on se regarde dans la glace, on se dit “trop c’est trop” et soit on fonce ou bien on se dit qu’ai-je fais de ma vie? Raser les murs et les portes sans oser enfoncer la poignée pour expérimenter ce qu’il y avait de l’autre coté? Non Merci.

 

Nous sentons tous que nous avons ce pouvoir et cette puissance en nous. Et ce, à chaque fois que nous laissons une nouvelle voix nous susurrer à l’oreille des idées de réussite, de confiance en soi, de foi… Dans ces moments là, la peur ne peut rien contre nous.

 

Finalement, nous sommes souvent confinés et pris en otage par un sentiment d’insécurité. Il s’agit alors de nous débarrasser de nos vieux schémas et de ne plus voir le monde comme une terre hostile mais comme une terre fertile prête à faire germer les graines de tous ceux qui agissent.

 

Je vois que beaucoup de gens qui ont les mêmes blocages que moi et tentent de les combattre. Et je me pose souvent la question suivante : “comment je pourrais les aider?” Mais actuellement, tout ce que je te peux dire c’est que : “même si tu as peur…fais-le quand même!” Je sais, plus facile à dire qu’à faire. Mais une chose est sûr, la solution est dans l’action. Smile

 

Entrer en territoire inconnue, emprunter une nouvelle voie, ne pas savoir de quoi demain sera fait, c’est nous mettre à l’épreuve de la peur. En fait, c’est notre manque d’humilité qui nous a poussée jusqu’ici à considérer tout pour acquis (“j’ai signé un CDI, je suis en sécurité – “j’ai un compte en banque bien garni et des économies, peu de choses peuvent m’arriver” – “j’ai l’air en bonne santé, je peux faire n’importe quoi avec mon corps” – “je suis marié, c’est pour la vie!”, etc.).

 

Or la vie est un risque, la vie est risqué, c’est risquer de tomber mais qu’en-est-il de se relever, c’est risquer d’échouer mais qu’en-est-il de d’en ressortir grandit et d’apprendre quelque chose, c’est risquer de sortir de sa zone de confort mais qu’en-est-il de d’en ressortir plus FORT! C’est comme avec tes muscles, plus tu les utilises et les pousses jusqu’à l’extrême limite de leurs capacités et plus ils deviennent fort.

 

La peur devrait souvent nous pousser à poser un pas après l’autre, pour aller plus loin, être le carburant et non la pédale de frein. En somme, être un baromètre qui nous indique la direction à emprunter pour pouvoir grandir sur notre chemin : “ah! OK, j’ai peur, bah! je le fais quand même”.

 

Le risque c’est seulement de vivre et d’expérimenter la vie de la manière dont nous en avons envie. Je sais que c’est tellement plus confortable de suivre un chemin tout tracé, de rester droit dans ses bottes, agglutiné à nos croyances limitantes, mais est-ce que c’est ça la vie?

 

S’il n’y avait pas eu des hommes et des femmes pour sortir des sentiers battus pour innover, explorer, tenter une nouvelle approche, sortir de la norme, je ne serai pas ici en train de communiquer avec toi. Nous serions surement encore des chasseurs-cueilleurs (même si soit dit en passant un retour à la nature et à notre nature profonde s’impose!).

 

Je t’en supplie, ne nous trouvons pas des excuses pour faire du “sur place”. Prenons de la hauteur, élevons-nous pour désapprendre et réapprendre le sens de la Vie.

 

Si tu lis ces lignes, peut importe où tu en es à ce moment de ta vie, c’est surement que tout comme moi tu n’es pas exactement à la place où tu voudrais être. Quelque chose doit changer, prenons notre vie en charge.

 

Mais je n’ai jamais dit que cela se fera en un coup de baguette magique et que ce sera facile. Il faut du courage et de la persévérance pour façonner sa vie, un pas après l’autre, pierre par pierre, brique après brique.

 

C’est sûr qu’il y a tout un tas d’obstacles sur le chemin, que j’appelle “cactus”. Car bien souvent pour faire face à la peur et sortir de notre zone de confort, nous empruntons des chemins arides (donc rempli d’un maximum de luminosité, d’un océan de lumière, la lumière étant l’espoir) où nous sommes donc souvent assoiffés (la soif étant le moteur qui nous poussent à trouver les solutions pour calmer la soif) et ces obstacles-cactus étant là pour nous piquer et nous stimuler sur notre chemin.

 

peur-coronavirus

Restons déterminés :

 

IL N’Y A PAS DE BONNES OU MAUVAISES DECISIONS, JUSTE UNE OCCASION DE GRANDIR.

 

IL N’Y A PAS DE BONNES OU DE MAUVAISES PENSÉES, JUSTE UNE OCCASION DE PRENDRE DE VRAIS DÉCISIONS.

 

IL N’Y A PAS DE RAISON D’AVOIR TORT OU D’AVOIR RAISON, JUSTE UNE OCCASION DE SE REMETTRE EN CAUSE.

 

IL N’Y A PAS DE BONNES OU DE MAUVAISES CIRCONSTANCES DANS LA VIE, JUSTE UNE OCCASION DE VIVRE UNE EXPÉRIENCE, D’ACCEPTER ET D’ÊTRE PLEIN DE GRATITUDE.

 

IL N’Y A PAS A ÊTRE BON OU A ÊTRE MAUVAIS, JUSTE UNE OCCASION DE RELEVER L’ESTIME DE SOI.

 

IL N’Y A PAS UNE RAISON DE CRAINDRE LE PIRE OU D’ESPÉRER LE MEILLEUR, JUSTE UNE OCCASION D’AUGMENTER LA CONFIANCE EN SOI.

 

IL N’Y A PAS DE RAISON DE CRAINDRE L’AVENIR OU DE S’APITOYER SUR LE PASSE, JUSTE UNE OCCASION DE VIVRE L’INSTANT PRÉSENT.

 

IL N’Y A PAS DE RAISON D’AVOIR DES EMOTIONS POSITIVES OU NÉGATIVES, JUSTE UNE OCCASION DE MANIFESTER L’AMOUR.

 

IL N’Y A PAS DE RAISON DE SE PLAINDRE OU D’ETRE SATISFAIT, JUSTE UNE OCCASION DE DIRE MERCI!

 

IL N’Y A PAS DE BONNES OU MAUVAISES SITUATIONS, JUSTE L’OCCASION DE PRENDRE LE CONTRÔLE DE SA VIE.

 

IL N’Y A PAS DE BONS OU DE MAUVAIS SENTIMENTS, JUSTE L’OCCASION DE MANIFESTER LA JOIE.

 

IL N’Y A PAS DE RÊVES OU DE CAUCHEMARS, JUSTE UNE OCCASION DE S’ANCRER DANS LA RÉALITÉ.

 

IL N’Y A PAS DE BONNES OU DE MAUVAISES DIRECTIONS, JUSTE L’OCCASION DE SE FIXER UN BUT.

 

IL N’Y A PAS DE RAISONS D’ALLER A DROITE OU D’ALLER A GAUCHE, JUSTE L’OCCASION DE TROUVER UN SENS A LA VIE.

 

IL N’Y A PAS A PLAIRE OU A DÉPLAIRE, JUSTE UNE OCCASION DE FAIRE LA DIFFÉRENCE.

 

IL N’Y A PAS A JUGER OU A ÊTRE INDIFFÉRENT, JUSTE UNE OCCASION DE PENSER DIFFÉREMMENT.

 

IL N’Y A PAS…? IL N’Y A PLUS…? JUSTE UNE CHANCE

D’ÊTRE DANS LA RECONNAISSANCE

QUAND NOUS SOMMES DANS L’ABONDANCE.

 

peur-coronavirus

 

 

Si ça te parle, j’espère que cela t’aidera à faire face aux nouvelles situations qui se présentent dans ta vie. Cela va demander un dépassement de soi et un effort considérable. Le degré d’amélioration que nous allons expérimenter va dépendre du degré d’implication active que nous allons délivrer. Plus tu donnes (effort), plus tu reçois (résultats).

 

Laissons-nous surprendre et satisfait pour chaque pas infime qui nous fait aller de l’avant.

 

Peut importe le sentiment d’insécurité dans lequel tu te trouves actuellement, tu sais et tu sens qu’au plus profond de toi sommeille un monde merveilleux qui ne demande qu’à se manifester. C’est comme un explosif détonnant confiné à l’intérieur d’une enveloppe résistante prête à exploser et à briller de mille feux pour illuminer le monde.

 

Et actuellement, MAINTENANT, c’est le bon moment, le moment parfait pour sortir du confinement, oxygéner ton esprit et ouvrir la porte de ton plein potentiel, de ton courage et de la remise en question.

 

 

Fait avecRed heart

Biyémé 

 

      

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.